JogBlog: carnet d'entrainements et récits de courses.

Objectif 2007: Marathon de Paris

vendredi 31 mars 2006

Plus qu'une sortie...

En réalité, tout comme Jérome, j'avoue avoir passé mon tour.
Mais pas tout à fait, puisqu'hier je suis retourné chez l'Ostéo qui, après m'avoir legerement manipulé, m'a demandé d'aller courir une dizaine de minutes dans la rue pour voir si ça tenait. Donc une sortie misérable de 10 minutes, au cours de laquelle j'avoue ne pas en avoir mené large.
Quoi qu'il en soit, difficile désormais de faire la difference entre douleur reelle et douleur imaginaire. Je crois donc qu'il est temps d'arreter de trop réfléchir.

Je passe mon tour

Pas de deuxième sortie cette semaine pour deux raisons. Tout d'abord j'ai une douleur dans le bas du dos qui rayonne un peu sur le cuisse du coup je veux pas forcer - si Mr Le Magicien / Osteo me lit et pense qu'il faut que je passe, qu'il me fasse signe ;-) - ensuite parce que je veux commencer à me reposer.

Prochaine sortie programmée Dimanche puis un petit footing en milieu de semaine avant le grand rendez-vous. Je profite un peu de ce calme avant la tempête.

mercredi 29 mars 2006

Plus que 2 sorties... ou une.

Voila encore une petite sortie de 55'36, 4'53/km, soit 11,39 kms parcourus.
Mes sensations sont globalement bonnes, meme si je ressens toujours une fatigue importante, ce qui m'amene à hesiter sur le nombre de jooging à accomplir encore avant marathon. Par ailleurs, je suis allé voir mon ostéo, qui m'a remis en place; pour autant, je continue à ressentir une douleur diffuse pied/genou. Je ne sais plus trop quoi en penser, et me demande meme s'il est encore temps de penser à quoi que ce soit à ce stade.
Bref peu importe, l'epreuve approche et ça rend fou.
Pour finir, speciale dédicace à Titi qui m'a accompagné ce soir; ça faisait longtemps et c'était un plaisir. Et spécial réconfort pour mon coach qui était pas en état de courir ce soir.
Seuls ceux qui ont couru le marathon portent le nom de marathonien, Jérome, et ça se rapproche. Plus que 10 jours avant d'y être.

Footing Parisien

Départ hier soir vers 19h30 pour une sortie en solo dans Paris. J'opte pour mon parcours du Vendredi matin, à savoir direction Bastille puis l'île Saint-Louis, l'île de la Cité je traverse la seine direction le Louvre pour faire un petit tour dans le jardin des Tuileries qui ferme à 20h30 à ce moment de l'année.

Les mollets tirent un peu après la sortie longue de Dimanche mais rien de catastrophique, il me faut 3-4km pour me sentir bien et commencer à accélérer. Pas de fractionner, rien que de la course histoire d'entretenir la machine. Les jambes et le coeur répondent bien, du coup j'accélère un petit peu.

Au final une course de 10,3km en 51', le seul fait marquant est que c'est ma première course de l'année en short :-)

dimanche 26 mars 2006

Plus que 3 sorties... pffffffff

50 minutes, 9,76 kms, encore une petite sortie.
J'avoue que je n'y croyais pas, parce que je me suis reveillé coincé hier matin; je pense qu'à force de tirer sur le bassin, je me suis bloqué du talon jusqu'au dos. Heureusement, j'ai rendez vous demain chez mon magicien d'osteo. En tout cas, ce matin, la douleur s'etait estompée, au point que j'ai pu faire ma petite sortie.
Sur le plan des sensations, c'est assez bizarre. D'un coté, le fait d'avoir moins couru cette semaine me permet d'eprouver un genre de frustration musculaire au niveau des jambes, désormais habituées à parcourir au bas mots 20 kms le dimanche. Mais de l'autre coté, je sens une fatigue musculaire permanente; il est vraiment temps d'accumuler de la bonne reserve et de se reposer.
En ecrivant tout ça, je me dis à nouveau que c'est un truc de fou...

vendredi 24 mars 2006

Plus que 4 sorties... Heureusement

Encore une petite sortie de 9,5 kms en 51 minutes, le tout sous la pluie et avec l'accumulation d'une semaine fatiguante.
J'avoue que ce soir, je n'etais pas très motivé et en plus j'étais seul puisque Jérome a, comme vous avez pu le lire, déja fait sa deuxieme seance de la semaine.
Je me dispense pas ailleurs de faire le point de mes differentes douleurs et courbatures du moment, puisque j'ai découvert que mon père me lit (salut Ppa) et qu'il m'a téléphoné à la suite de mon dernier billet en me disant qu'il etait inquiet pour ma hanche douloureuse.
Donc, nous dirons que tout va bien, mais qu'il est largement temps que le marathon arrive et que je puisse faire un petit break.

jeudi 23 mars 2006

Entre midi et deux

Une fois n'est pas coutume ma deuxième sortie de la semaine a eu lieu ce midi en solo. Départ de la coulée verte direction le bois de Vincennes et retour à la maison, ca fait en gros 8,3km ce qui est une petite sortie.

Les sensations sont bonnes, pas de courbatures et même le mollet gauche répond bien du coup j'accélère un peu le rythme histoire de pousser.

Au final, une petite sortie de 8,3km avec une bonne moyenne de 4'45" le kilo.

Petite remarque, je suis passé par les quais ce matin et le marquage du marathon est déja en place, ca fout les boules ...

mercredi 22 mars 2006

La routine

Hier, première sortie de la semaine en duo avec Davis pour un parcours que nous avons fait de nombreuses fois. Départ du bois de Vincennes, direction Nogent s/Marne en longeant le bois et retour au point de départ. C'est une sortie qui fait grosso modo 11,3km (selon Garmin). Après la sortie longue de Dimanche les jambes sont un peu raides et une contracture a remplacé la crampe. Je m'efforce d'allonger les jambes pour étirer ce fameux mollet tout en maintenant le rythme de 4'55 au kilo. C'est maintenant devenu une sortie tranquille, et cette allure est le minimum que nous nous autorisons. Les douleurs s'effacent au fur et à mesure de la course et c'est un sentiment de routine (dans un sens positif) qui domine. Davis à raison que de progrès depuis 1 an. Autre remarque, c'est bête à dire mais la course à deux ca motive. On a tout le temps l'impression que c'est l'autre qui nous pousse et vice-versa.

Au final une sortie de 55' pour 11,3km parcouru. Je me force à prendre les courses les unes après les autres pour ne pas trop penser au marathon, l'épreuve me fait encore peur même si j'ai hâte d'y être.

Plus que 5 sorties...

Encore une seance d'environ 11 kms à 12 kms/heure.
Et encore l'occasion de constater que Jerome et moi avons progressé de facon significative.
Tout de même, à noter au milieu de cet océan d'optimisme que j'éprouve désormais une douleur permanente à la hanche coté droit (sans doute au niveau du bassin), et que tout ça m'impose de rendre visite à mon osteo, un magicien, qui pourra, je l'espere du moins, me remettre un peu droit.
Je pense que les jours qui viennent vont etre importants sur le plan mental; pour dire la vérité, je commence à rever de course, je me vois faire le tour de la Concorde, puis rue de Rivoli, Nation, le Bois de Vincennes (environ 13 kilometres de parcourus), retour vers Bastille (environ 23 kilometres, le debut des quais et de la solitude, passage devant le Trocadero (environ 30 kilometres), la maison de la radio, le MUR, le bois de Boulogne (40 kilometres),...
J'ai le souvenir de cette pub Adidas qui disait "Seuls ceux qui ont couru un marathon portent le nom de marathoniens". Ca rend fou (jte comprends Jérome).
Bon, suis très fatigué, au dodo.

dimanche 19 mars 2006

Plus que 6 sorties

Encore 26 kms parcourus, à 5'14/km, soit 2 heures 13 de course à pied.
Heureusement que Jérome etait là, parce que le temps a paru long ce matin, même si physiquement tout tenait le coup (et par ailleurs parce que je parie qu'il va vous livrer, en detail, le contenu de notre course, tout en ne manquant pas de vous signaler qu'il a eu une petite crampe, qui ne l'a pas empéché d'etre parfaitement à la hauteur).
Ceci dit, la promenade n'était pas desagreable. Nous avons couru sur les bords de Marne, et suivi le parcours du semi de Nogent qui se courait aujourd'hui. A cette occasion, nous avons vu passer devant nous des coureurs à environ 17 kms/heures; c'est toujours un spectacle agréable.
Nous espérions croiser mon coach qui lui même devait courir aux cotés de notre ami Titi (il n'aime pas qu'on l'appele comme ça mais peu importe, il ne connait pas ce blog...)
Bref, encore une longue sortie d'effectuée.
Désormais, pour moi, ralentissement progressif d'activité. J'avoue que ça va faire du bien.

jeudi 16 mars 2006

Plus que 7 sorties.

Ce soir petite sortie avec Jérome (heureusement qu'il est là sinon je crois que j'y serai pas allé), 8 kms à 5' au kilo, soit 40 minutes de jogging.
Le coeur n'y était pas trop.
Quoi qu'il en soit, voilà encore quelques kilometres de parcourus.
Prochaine étape dimanche pour une longue promenade d'environ 2 heures-2 heures 15.
Après, il sera temps de ralentir, et ça sera particulierement bien venu.

mercredi 15 mars 2006

Vivement la fin ...

Départ du bois de Vincennes pour la première sortie de la semaine. Nous partons vers 19h30 et nous pensant qu'il ne ferait pas trop froid nous avons laissé tombé les gants ce qui s'avère être une erreur après 10' de course car il y a un petit vent froid et le fond de l'air est très humide.

Dès les premières foulées je remarque que Davis est bien dans la course malgré la sortie longue de Dimanche, pour ma part je suis un peu à la traine avec un gros sentiment de fatigue. Notre rythme est correct, même si je pense ralentir le rythme, et les km s'enchainent à 5'05". Je n'ai pas trop la force d'accélérer, ni de faire des séries de fractionnés du coup on se contente de tenir la distance et le rythme.

Au final une course de 11km en 55'00 ce qui nous fait une bonne moyenne de 12km/h mais c'était un peu dur, je me dis que j'aimerais déja être la semaine avant le Marathon de Paris voir même le jour de la course. Je sais que c'est une sacrée épreuve qui nous attend mais j'ai hâte d'y être car la préparation est longue, très longue ...

Hésitations...

Hier soir, Jérôme et moi avons repris la course en commun, après son arrêt pour cause de blessure à l'oeil. Notre sortie s'est résumée à 11 kms en environ 51 minutes. Nous continuons donc à suivre notre programme, qui a d'ailleurs subi quelques modifications, puisque finalement nous ferons une sortie longue dimanche prochain, alors qu'il ne devait plus en être question. Quoi qu'il en soit, nous sommes confrontés à une question très sérieuse. Faut il prévoir de courir le marathon à 5'20 du kilo ou 5'30 ? Autrement dit, vaut il mieux partir à 5'20 au risque de ralentir par la suite pour cause de fatigue, ou vaut il mieux partir à 5'30 et se reserver la possibilité d'accelerer un peu dans la deuxieme moitié de l'épreuve (negative split) ? Voila un sujet très sérieux que j'envisage d'aborder avec mon coach dès ce week-end, même si je devine d'ores et déja sa réponse.

lundi 13 mars 2006

Blessé ...

mais rien à voir la course. Ma fille de 3ans m'a planté son doigt dans l'oeil, bilan: une griffure sur la cornée avec un début d'infection. Ca parait con à dire (et encore plus à écrire) mais ca fait drolement mal, du coup impossible de courir Dimanche matin et je rate LA course :-(

bravo à Davis, la mienne aura lieu la semaine prochaine (j'ai enfermé ma fille à la cave pour plus de sécurité).

La banane ?

Une question destinée à nos lecteurs. Nous nous demandons, Jérome et moi-même s'il est opportun, en prévision du marathon de PARIS de courir avec une banane. A l'occasion de ma longue sortie de ce dimanche, j'ai regretté de ne pas avoir un peu d'eau sur moi, ou encore un peu de gel energetique. Mais ne serait il pas trop pénible de courir avec ca pendant 42 kms ? Merci de nous faire part de votre experience.

dimanche 12 mars 2006

Sortie longue (mais ça va).

Voilà qui est fait...
27 kms parcourus, 2h20 de course, une moyenne de 5'20/km
Pas de douleur significative, la sensation de pouvoir continuer encore un peu sans vraiment en ressentir, serait ce finalement le signe d'une préparation physique assez correcte ? Pour la premiere fois depuis très longtemps, je commence à me sentir à peu près pret. Je me dis aussi que deux mois de plus me permettraient d'etre au top, mais ça sera pour la prochaine fois.
En attendant, pour ceux qui habitent Paris ou sa banlieue, ce dimanche matin etait un jour idéal pour courir avec un ciel bleu et sans nuage. Beaucoup de coureurs à pied traversaient d'ailleurs le bois en tous sens; on ressent que pour ceux qui seront au rendez vous sur les champs Elysées ce debut avril, la préparation physique atteint ses sommets.
Sinon, un "special solidarité" pour Jérome, blessé à l'oeil qui n'a pas pu courir ce matin avec moi.

vendredi 10 mars 2006

A peine réveillé

Ce matin le réveil sonne à 6h10 pour la sortie hebdomadaire du Vendredi, j'ai du mal à sortir du lit et c'est au radar que je commence à courir. Le parcours pour cette sortie sera classique: direction Bastille avec un tour de l'île Saint Louis, l'île de la cité puis le Louvre et on recommence en sens inverse. Tout cela fait grosso modo 8,5km et on croise peu de voitures (peut être l'horaire).

Comme je suis au radar je pimente un peu cette sortie avec des séries de 30'/30', ce n'est pas parfait mais ca stimule le coeur et du coup j'ai pas l'impression de courir pour rien.

Je boucle cette sortie en 43' pour 8,3km avec le sentiment du devoir accompli.

Petite remarque amusante, je commence à comprendre ce que veut dire "ton corps génère des endomorphines", dès le mercredi j'avais le sentiment de ne pas avoir couru depuis 15j alors que ma dernière sortie remontait à 24h. Bizarre comme sensation.

jeudi 9 mars 2006

Et ca continue sans fin...

L'approche de l'echeance ultime provoque chez moi un sentiment de febrilité et de fatigue de plus en plus grande.
Chaque séance est épuisante, et j'avoue me sentir vidé.
Le pire c'est qu'il reste encore presque un mois à patienter.
Bref, pour cesser les plaintes (ce domaine reste réservé à Jérome, j'y tiens), je résume : 56'23, 11.49 kms parcourus, 4'54/km de moyenne.
Prochaine étape : 2h15 dimanche pour une dernière sortie longue.
Après, il sera temps de commencer à ralentir en prévision de la grande course
Les coureurs à pied sont ils tous obsédés par leurs echeances ? C'est dingue comme truc, je suis sur que les gens normaux peuvent pas comprendre.

mercredi 8 mars 2006

Lendemain de Fête

Après le semi de Dimanche les jambes tirent et les pieds souffrent mais il faut tout de même courir car le jour du Marathon avance. C'est donc avec une petite volonté que l'on part courir avec Davis, l'objectif de cette séance est simple: décrassage. On part en petite foulée direction la piste de 1km sous une pluie persistante mais il ne fait pas trop froid. Le rythme est bon et on rejoint la piste en moins de 10' ce qui doit faire une allure de 5'00 le kilomètre. On décide de faire 3x1km en augmentant notre allure, ce qui nous donne le premier km en 4'25, le deuxième en 4'15 et le dernier en 4'00.

On rentre satisfait de cette sortie pour au final 8km en 42'. Le gros morceau c'est pour Dimanche avec une sortie programmée de 2h15 (ca fait peur).

Petite sortie.

Les moments de satisfaction alternent en ce moment avec les périodes de fatigue.
Depuis le semi, je me rends compte que j'ai accumulé pas mal de fatigue, et que je ne me suis pas accordé de période de repos. Mais le problême, c'est qu'à un mois du marathon, il faut courir. J'envisage donc de m'organiser de la facon suivante : cette semaine, peut etre jeudi 45' cool, puis dimanche 2h15 de sortie avec un objectif à 26-27 kms. La semaine suivante, 2 sorties de chacune une heure tranquille. 3 sorties pour la semaine suivante. Et la derniere semaine avant M., repos absolu.
Du coup, Jérome, si tu es d'accord, voila le programme.
Sinon, une petite anecdote à l'attention des amateurs qui s'y mettent. On ecrit sans cesse qu'on progresse de facon tres significative si on court. Mais il faut se mefier. L'évolution fonctionne dans les deux sens. Jérome et moi avons un ami qui après un an d'entrainement est parvenu à achever un marathon. Bravo. Mais voilà, depuis, il a cessé de courir regulierement, il a pris du poids. Et aujourd'hui, son entrainement, c'est 40' à 9 kms/heure, deux fois par semaine. Conclusion, la course à pied, c'est une discipline exigente, dure, et surtout qui impose aussi de l'endurance dans l'entrainement. Quoi qu'il en soit, ami coureur qui a cessé de t'entrainer, je sais que tu vas t'y remettre. Alors bienvenue pour ton retour...

lundi 6 mars 2006

Ca va...

Voilà qui est fait.
Jérome vous a déjà tout résumé, mieux que je ne l'aurais fait moi-même. Il mérite des félicitations (je renonce exceptionnellement à me moquer de Caliméro), pour deux raisons. D'abord, il est arrivé 4 places avant moi et à 4 secondes. Ensuite, il a fait une très belle course qui met surtout en évidence ses progrès fulgurants. Et ça, c'est très encourageant pour ceux qui se mettraient sérieusement à la course à pied un beau jour en se disant "Dans 1 an je fais un marathon et dans 6 mois un semi".
Ca demontre aussi qu'il est très utile de se fixer des objectifs (ce qui me manque comme j'ai eu l'occasion de l'ecrire precedemment).
Tout de même, on retiendra que pour ce semi de Paris 2006, la température etait idéale, l'ambiance assez bonne (malgré le fait qu'il y ait eu peu d'encouragements), et le plaisir de courir avec Jérome au rendez-vous.
Surtout, on notera que l'objectif a été atteint, et qu'on peut commencer à rever de finir le marathon, et peut etre en moins de 4 heures.
Prochain test, en fin de semaine, derniere sortie longue d'environ 30 kms.
Pour le moment, ça va...

vendredi 3 mars 2006

Etats d'ame.

Ca devait arriver.
Après avoir couru depuis environ 10 ans sans veritables objectifs (contrairement à ce que pretend Caliméro dans son précédent billet), me voila tout à coup rattrapé par mes rêves de champion du monde.
J'avoue, même si c'est trop tard pour cette année, que les progrès fulgurants de Jérome (qu'ont pu suivre les lecteurs du blog) et les critiques de mon Coach sur ma paresse, me donnent désormais envie d'être plus rigoureux dans mes entrainements.
Du coup, me voila relancé.
Moralité, c'est dur de courir parce que la course à pied est un eternel recommencement. Il faut retrouver son souffle en permanence, en même temps que sa motivation. Ca fait aussi partie de l'épreuve. J'avais conscience de cela auparavant, pour avoir traversé des hauts et des bas. Le problême, c'est qu'après avoir fait plusieurs marathons, j'ai cessé d'avoir de l'ambition. Et pourtant, il en faut pour maintenir le rythme. Pour ceux qui n'ont pas encore couru leur premier marathon, le rêve reste entier (j'entends Jérome en parler) et cette période est un moment exceptionnel; enfin, le travail va payer; enfin, on va etre confronté à une épreuve mythique qui paraissait jusque là reservée à l'élite. Même la course sera euphorique pour ceux qui sont correctement préparés. Mais après l'épreuve, c'est le Marathon Blues... et je crois désormais que le seul moyen d'en sortir est de se fixer de nouveaux objectifs, ce que je n'ai pas fait. Erreur de ma part...
Je suis sur que la psychanalyse pourrait dire beaucoup de choses sur nous à travers notre pratique de la course à pied. Voilà un sujet d'etude interessant; en tout cas, je serai acheteur d'un livre sur le sujet. Et toi Caliméro ?

Avant le semi

Départ hier soir pour une course d'1h en duo, pas de gros objectifs pour cette dernière sortie avant le semi-marathon de Paris qui a lieu Dimanche. D'ailleurs notre parcours habituel passe par le départ du semi, on voit le marquage au sol ca motive un peu.

C'est également l'occasion d'avoir une petite discussion sur nos objectifs pour cette course, pour ma part c'est uniquement une étape dans la préparation au marathon et du coup je me contenterais de finir en bon état (moins de 1h50), mais Davis commence à s'exciter et en veut toujours plus pour lui impensable de courir tranquillement et rêve de record personnel. Notre philosophe de la course à pied commence à avoir les pieds qui le démangent :-)

Pour en revenir à la sortie d'hier, il faisait bien moins froid que ce qui était annoncé, le début de course est mou et je peine à trouver mon rythme. Davis force le pas pour atteindre 5'10 le kilo sur la première partie de la course. Après 30' de course on est un peu plus chaud, du coup on force avec 2/3 accélérations de 5-6min avec une moyenne de 4'45 le kilo.

Retour en douceur avec 10,3km pour 52' de course

jeudi 2 mars 2006

Dans la lune

Pour des raisons d'emploi du temps incompatible je me suis retrouvé seul ce mardi pour une petite course de récupération après les foulées charentonaises.

Il faisait froid (neige au rendez-vous), mais Davis vous l'a déja dit et c'est vrai que courir seul c'est pas facile. Direction la coulée verte au niveau de Bastille pour une sortie programmée de moins de 11km.

Première déconvenue puisque la coulée verte ferme à 18h00 pendant la période hivernale :-(, du coup je me rabats sur l'avenue Daumesnil direction le bois de Vincennes ou pour tenir mon programme je dois faire 2 tours du Lac. J'ai très vite une douleur au pied gauche mais qui n'est pas du tout musculaire (on aurait dit que ma chaussure me rentrait dans la peau), je fais abstraction persuadé que mon esprit me joue des tours. Mon rythme est correct, 5"20 le kilo, mais je me traine un peu. Je force l'allure sur le chemin du retour pour avoir tout de même l'impression de faire travailler les muscles et la respiration.

Au final, une course de 10,5km avec une moyenne de 5"14 le kilo. Pour la petite histoire j'avais oublié de mettre ma semelle orthopédique dans la chaussure de droite ce qui doit être surement à l'origine de ma douleur du pied gauche (faut suivre).

Prochaine sortie programmée Jeudi soir, je retrouve mon ami Davis ...

mercredi 1 mars 2006

La préparation au marathon n'est pas un long fleuve tranquille.

L'avantage de courir avec Jérome et/ou d'autres amis, c'est que la course devient un moment festif. L'inconvenient c'est qu'on s'habitue à courir entre amis, et que courir seul peut du coup ressembler à une punition.
Et effectivement hier soir, 20 heures 15, depart de la maison en longeant le bois de vincennes, pour une sortie en solitaire. Température proche ou inferieure à 0°, petit vent glacial. Difficile de dire que le plaisir y était.
En plus, dans la journée, j'avais eu une discussion avec mon coach, qui me disait que mon entrainement manquait de rigueur et d'objectifs; après reflexion, je dois admettre qu'il a raison meme si il est trop tard pour prendre de bonnes résolutions en prévision du marathon de Paris. Bref, petit moral de coureur à pied.
Tout de même, 52'30 de course, pour 11 kms parcourus, soit 4'47 au kilo.
Reste une question fondamentale : faut il courir jeudi, alors que le semi-marathon de Paris a lieu dimanche ?