Chers amis et lecteurs,
Je dois annoncer avec un chagrin infini que c'est terminé, et que je raccroche mes baskets en attendant des lendemains qui chantent (mais c'est certainement pas pour tout de suite).
J'ai en effet eu il y a 12 jours un nouvel incident (infarctus) cardiaque qui m'a conduit à nouveau à l'hopital et à une hospitalisation qui a duré 8 jours. Je passe sur les details, tout en signalant simplement que je souffre, désormais avec certitude, d'une maladie cardiaque appelée "angor spastique" qui touche habituellement les jeunes adultes, et qui provoque des spasmes des arteres coronnaires, qui entrainent dans les cas les plus sérieux des infarctus. Cette maladie dont on ne sait pas comment elle vient et comment elle part, ni ce qui la provoque,fonctionne par cycles ou orages, de sorte que dans la vie, à certains moments, le malade va etre sujet aux spasmes; l'orage passé, il n'en souffrira peut etre plus jamais.
La conclusion de cette histoire, c'est que je souffre de cette maladie, que je suis conduit en conséquence à suivre un traitement qui me protège de la rechute, et qu'il faut que je me preserve de tout ce qui, par hypothese, pourrait causer un spasme. Malheureusement, le sport ou plutot le retour au calme après le sport pourrait bien etre un element declenchant du spasme. Donc, je ne peux plus faire de sport, tant que mes medecins (extraordinaires) ne sont pas sur que le spasme est controlé. Et tout cela peut prendre du temps, des mois ou davantage.
Bref, à priori, je ne devrai plus avoir le droit de courir avant un an au mois, et ensuite, nous verrons bien.
Actuellement, je suis dans une phase aigue où je manque de lucidité sur tout cela : j'ai 34 ans, ma femme est sur le point d'accoucher de notre troisieme enfant, et j'ai eu peur de mourir. Ma priorité est donc de gerer toutes ces urgences, avant de pouvoir faire un bilan plus complet.
L'arret de la course à pied fait partie de l'epreuve que j'endure. Ma vie va changer. Mes objectifs sportifs vont disparaitres. Le marathon est derriere moi. Je garde toutefois l'espoir de pouvoir recourir un jour.
En attendant, je veux dire haut et fort que je suis tombé dans la marmite, et que j'ai trouvé dans cette pratique parmi les plus grandes satisfactions de mon existence. J'ai tout aimé là dedans : l'effort, le depassement de soi, l'hygiene de vie, les copains de course, la fatigue, l'arrivée de la course, l'ambiance, tout...
Alors à tous ceux qui courent, ou qui envisagent de s'y mettre, un mot : allez !!! Vous verrez, ça change la vie.
Je profite de cet article pour faire une bise à mes deux co blogueurs, en leur souhaitant de tout eclater au prochain marathon.
Et evidemment, je fais aussi une bise à nos lecteurs à qui je souhaite bonne course. Amusez vous, ça vaut le coup.
Pour le reste, tout de meme, je vous donne rendez vous dans 6 mois pour un billet sur l'evolution de ma situation et mes sensations à la suite de cet arret (ca fait aussi partie du blog sur la course à pied de parler des consequences de l'arret de la course à pied).
Salut les amis.