Ca y est, j'ai effectué mon test d'effort. Résultat : un coeur de champion du monde qui bat, au maximum de l'effort à 185, et au repos toujours à 45/50. Il s'agit d'une drole d'experience, assez interessante, que tous les coureurs, y compris ceux qui n'ont pas de probleme cardiaque, devraient faire.
Ensuite, cet après-midi, rendez vous avec mon cardiologue du Val de Grace (service de cardiologie ultra compétent et spécialisé, et d'une grande humanité) qui m'a confirmé que j'avais un petit probleme de repolarisation positive, mais que celui-ci avait sans doute toujours existé. Il m'a indiqué que pour le reste, tout etait normal et que je me retrouvais dans le meme etat physique qu'avant mon incident.
Tout ça pour dire qu'il m'a donné l'autorisation de COURRRRRRRRRRRRRIRRRRRRRRRR. ENFIN !!!
Par contre, par principe, il m'a indiqué qu'il lui paraissait déconseillé de repartir sur le marathon. Il m'a aussi expliqué qu'une etude récente avait démontré que le bilan sanguin des coureurs de marathon etait anormal, puisqu'ils etaient dans leur grande majorité, affecté de symptomes de souffrance coronarienne à l'arrivée de la course (en gros pas d'infractus, mais certaines cellules cardiaques souffrent et meurent). Pour le cardiologue, le marathon, c'est mauvais pour la santé... Bien sur, il ne parlait que du plan cardiaque, mais n'evoquait pas le bonheur du souffle de la victoire lorsque l'on passe la ligne d'arrivée.
Quoi qu'il en soit, tout ça, aujourd'hui, c'est pas grave. Je peux enfin recourir, et ça c'est génial.
Vive la Course à pied.