L'approche de l'echeance ultime provoque chez moi un sentiment de febrilité et de fatigue de plus en plus grande.
Chaque séance est épuisante, et j'avoue me sentir vidé.
Le pire c'est qu'il reste encore presque un mois à patienter.
Bref, pour cesser les plaintes (ce domaine reste réservé à Jérome, j'y tiens), je résume : 56'23, 11.49 kms parcourus, 4'54/km de moyenne.
Prochaine étape : 2h15 dimanche pour une dernière sortie longue.
Après, il sera temps de commencer à ralentir en prévision de la grande course
Les coureurs à pied sont ils tous obsédés par leurs echeances ? C'est dingue comme truc, je suis sur que les gens normaux peuvent pas comprendre.