JogBlog: carnet d'entrainements et récits de courses.

Objectif 2007: Marathon de Paris

lundi 27 février 2006

Mais ou est le plaisir ?

Je découvre avec effroi le compte rendu de nos "Foulées Charentonaises" ou je me fais tout bonnement maltraité sur mon propre blog - ca m'apprendra à ne pas ouvrir la porte à n'importe qui ;-).

Avant de répondre à ces attaques, voici un petit compte rendu de ces 15km dans Charenton.

J'ai tout d'abord été surpris de constater que cette course est extrèmement populaire, nombre de coureurs l'inscrivent sur leur programme d'entrainement au Marathon avec un 15km préparatoire au semi dans une semaine lui même préparatoire au Marathon. Il faisait très très froid ce dimanche matin avec même une neige drue qui ne nous a pas quittée. L'organisation est correcte, le retrait du dossard est rapide mais les ravitaillements sont pas terribles (difficile de boire de l'eau dans un gobelet).

Le tracé de la course en elle même est assez difficile avec beaucoup de changements de rythme, ca tourne dans tous les sens à 90° puis ca monte et ca descend:

En ce qui concerne notre résultat, je suis très satisfait avec un chrono en 1h12"42 (temps officiel légèrement inférieur à 1h13 je pense). Tous les km ont été fait en moins de 5" avec des pointes à 4"30, ce qui m'a permis de battre mon record des 10km avec 48'40".

Maintenant pour répondre à la vile attaque de mon co-bloggueur:

  • oui je n'avais pas vraiment d'objectif pour cette course
  • oui je ne voulais pas trop forcer pour ne pas risquer la blessure à quelques jours du marathon (ca fait * tout de même 1 an que je me prépare)
  • oui j'ai tenu la cadence à mon grand étonnement
  • oui je ne *frétille* pas comme certain dès que je mets mon pied dans le sas de départ

mais je rappel que mon premier objectif est de finir le marathon de Paris, ensuite mon deuxième objectif est de prendre un peu de plaisir en courant.

tout n'est pas que compétition mon très cher Davis ...

c'est fou, on est plus tranquille chez soi ;-)

C'etait pas facile...mais heureusement Caliméro était là.

Ce dimanche, dans le cadre de notre entrainement marathon, Jerome et moi avons participé au 15 kms de Charenton, course egalement denommée "Les foulées charentonnaises". Difference de perspective entre mon ami et moi-meme, puisqu'au depart de la course, je considere que notre niveau nous impose de courir, au moins, à 12 kms/heure. Immediatement, Jérome, que j'entends desormais appeler du surnom de "Calimero" me dit que c'est trop difficile, que "non pas question"... Finalement, nous ferons la course ensemble, lui en super forme (Bravo, vraiment une belle course Caliméro) qui mènera la cadence devant à environ 4'50 au kilometre avec des pointes à 4'40 et meme 4'30. Pour ma part, j'ai souffert d'un point de coté au 5e kilometre d'une course pleine de changements de rythme (virages, montées, descentes), qui m'a sur le coup pas mal eprouvée.
Conclusion de tout cela, une course terminée en 1 heure 12, ensemble.
Seconde conclusion : la course est au moins pour moitié une activité qui se joue au mental (pour ma part, je n'en doutais pas). Si je peux donc donner un conseil, c'est de travailler le mental tout comme le physique. Et il s'agit pour l'essentiel de ne pas craindre de se fixer des objectifs, et de se battre pour les atteindre (meme s'ils sont modestes). La course à pied, c'est aussi le depassement de soi, et c'est ca qui provoque un sentiment qui peut devenir jubilatoire. Mon coach (un marathonien en 2 heures 39) ne cesse de me repeter qu'une bonne seance peut mener, à son terme, à avoir envie de vomir (tant le sentiment de saturation peut etre fort). C'est aussi ca la course à pied. Il faut donc s'y mettre progressivement, tout en ayant quel que soit son niveau, des objectifs à atteindre, qui permettront d'atteindre la félicité.

Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/jogblog/www/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 741