JogBlog: carnet d'entrainements et récits de courses.

Objectif 2007: Marathon de Paris

lundi 27 février 2006

Mais ou est le plaisir ?

Je découvre avec effroi le compte rendu de nos "Foulées Charentonaises" ou je me fais tout bonnement maltraité sur mon propre blog - ca m'apprendra à ne pas ouvrir la porte à n'importe qui ;-).

Avant de répondre à ces attaques, voici un petit compte rendu de ces 15km dans Charenton.

J'ai tout d'abord été surpris de constater que cette course est extrèmement populaire, nombre de coureurs l'inscrivent sur leur programme d'entrainement au Marathon avec un 15km préparatoire au semi dans une semaine lui même préparatoire au Marathon. Il faisait très très froid ce dimanche matin avec même une neige drue qui ne nous a pas quittée. L'organisation est correcte, le retrait du dossard est rapide mais les ravitaillements sont pas terribles (difficile de boire de l'eau dans un gobelet).

Le tracé de la course en elle même est assez difficile avec beaucoup de changements de rythme, ca tourne dans tous les sens à 90° puis ca monte et ca descend:

En ce qui concerne notre résultat, je suis très satisfait avec un chrono en 1h12"42 (temps officiel légèrement inférieur à 1h13 je pense). Tous les km ont été fait en moins de 5" avec des pointes à 4"30, ce qui m'a permis de battre mon record des 10km avec 48'40".

Maintenant pour répondre à la vile attaque de mon co-bloggueur:

  • oui je n'avais pas vraiment d'objectif pour cette course
  • oui je ne voulais pas trop forcer pour ne pas risquer la blessure à quelques jours du marathon (ca fait * tout de même 1 an que je me prépare)
  • oui j'ai tenu la cadence à mon grand étonnement
  • oui je ne *frétille* pas comme certain dès que je mets mon pied dans le sas de départ

mais je rappel que mon premier objectif est de finir le marathon de Paris, ensuite mon deuxième objectif est de prendre un peu de plaisir en courant.

tout n'est pas que compétition mon très cher Davis ...

c'est fou, on est plus tranquille chez soi ;-)

C'etait pas facile...mais heureusement Caliméro était là.

Ce dimanche, dans le cadre de notre entrainement marathon, Jerome et moi avons participé au 15 kms de Charenton, course egalement denommée "Les foulées charentonnaises". Difference de perspective entre mon ami et moi-meme, puisqu'au depart de la course, je considere que notre niveau nous impose de courir, au moins, à 12 kms/heure. Immediatement, Jérome, que j'entends desormais appeler du surnom de "Calimero" me dit que c'est trop difficile, que "non pas question"... Finalement, nous ferons la course ensemble, lui en super forme (Bravo, vraiment une belle course Caliméro) qui mènera la cadence devant à environ 4'50 au kilometre avec des pointes à 4'40 et meme 4'30. Pour ma part, j'ai souffert d'un point de coté au 5e kilometre d'une course pleine de changements de rythme (virages, montées, descentes), qui m'a sur le coup pas mal eprouvée.
Conclusion de tout cela, une course terminée en 1 heure 12, ensemble.
Seconde conclusion : la course est au moins pour moitié une activité qui se joue au mental (pour ma part, je n'en doutais pas). Si je peux donc donner un conseil, c'est de travailler le mental tout comme le physique. Et il s'agit pour l'essentiel de ne pas craindre de se fixer des objectifs, et de se battre pour les atteindre (meme s'ils sont modestes). La course à pied, c'est aussi le depassement de soi, et c'est ca qui provoque un sentiment qui peut devenir jubilatoire. Mon coach (un marathonien en 2 heures 39) ne cesse de me repeter qu'une bonne seance peut mener, à son terme, à avoir envie de vomir (tant le sentiment de saturation peut etre fort). C'est aussi ca la course à pied. Il faut donc s'y mettre progressivement, tout en ayant quel que soit son niveau, des objectifs à atteindre, qui permettront d'atteindre la félicité.

vendredi 24 février 2006

Vie du blog...

Comme vous pouvez le constatez JogBlog accueille un nouveau rédacteur, j'ai nommé Mr Davis.

Nous partageons ensemble l'ensemble de nos courses (sauf celle du Vendredi) vous aurez ainsi deux éclairages/avis d'une même course, ca peut être interessant surtout que je suis persuadé que nos niveaux ne sont pas les mêmes.

Je tiens également à vous rassurez, vous aurez toujours le droit à un comtpe rendu extrèment précis de mes petits bobos ou problèmes récurrents de pieds, je ne me laisserai pas intimidé :-)

voici donc la naissance d'un un blog à deux voix / deux mains / deux claviers...

C.V.

J'adore l'idée de faire mon C.V. de coureur à pied.
Pour remonter aux origines, je dois d'abord préciser que mon père était lui-même un très honorable coureur à pied. Il pratiquait il y a une trentaine d'année le semi-marathon, qui restait sa distance favorite. Enfants, mon frère et moi, mon père nous emmenaient faire le Cross du Figaro (depuis disparu); mes premiers diplomes datent de 1980, alors que j'avais 8 ans. Bref, j'ai le souvenir d'avoir couru (sans aucune préoccupation d'objectif evidemment) dès l'enfance, et avec un réel plaisir.
Puis, j'ai abandonné la course à pied pour me consacrer à l'adolescence, toujours en amateur, à des sports variés (tennis, natation, ski, foot, judo,...).
Finalement, de façon inattendue, alors que j'avais 23 ans (il y a 10 ans), j'ai rencontré un médecin qui m'a dit, alors que je venais de rentrer dans la vie active, que courir pourrait me détendre (à l'époque, j'étais un jeune avocat motivé, mais un peu stressé...).
J'ai donc décidé de suivre son conseil, et je m'y suis donc remis tranquillement. Au départ, je courais une petite heure, pour me vider la tete, sans aucun objectif, et même en ignorant que si je le souhaitais, je pourrais avoir des objectifs. A vrai dire, je prenais l'air et c'était déjà pas mal. Inutile de dire que le marathon, ou même le semi restaient pour moi des epreuves mythiques, reservées à l'élite. Même en rêve, je ne pouvais envisager de participer ou de finir une telle épreuve.
Et puis le temps a passé, et j'ai commencé à me prendre au jeu, tout seul (même si déja à l'époque, j'avais eu l'occasion de courir très occasionnellement avec Jérome qui ne pratiquait pas du tout ce sport).
J'ai finalement décidé de m'inscrire à mon premier 20 kilometres de Paris, il y a environ 8/9 ans. J'ai le souvenir d'une épreuve terrible, d'une douleur musculaire insupportable au niveau du 16e kilometre. Je me rappelle également que j'ai été obligé de marcher à partir du 17e kilomètre. Mais j'ai tout de même fini l'épreuve à l'époque en environ 2 heures 10. J'étais très fier de moi, et surtout j'avais adoré ça (le coté festif de l'épreuve, les encouragements, le défi... et puis en discuter avec mon père qui avait couru cette course des années auparavant, c'était sympa). A noter qu'à ce moment, je courais environ 1 fois par semaine, sans aucun plan d'entrainement.
Par la suite, j'ai couru tous les 20 kilometres de Paris en m'améliorant régulierement. Une année, il y a environ 6/7 ans je crois, nous nous étions inscrit, Jérome et moi, au Cross du Figaro (ce fut d'ailleurs la dernière édition de cette course) pour un 15 kilomètres. Nous avons fait une course pathétique, ou nous sommes arrivés ensemble dans les 5 derniers (sur environ 500 participants). C'est un souvenir amusant, surtout lorsqu'on repense à la voiture balais qui nous suivait...
Enfin, il y a 6 ans à peu près, j'ai rencontré mon Coach. Au cours de notre premiere rencontre, alors que je ne savais pas qu'il était coureur à pied, je me suis vanté d'avoir terminé les 20 kilometres de Paris en 2 heures, et d'être un coureur de bon niveau : après m'avoir laissé parlé et m'avoir félicité, il m'a dit qu'il avait fait un marathon en 2 heures 49...
Cette rencontre a été décisive, puisqu'il a commencé à m'expliquer les bases de l'entrainement, et surtout il m'a dit que courir un marathon, c'etait possible pour n'importe qui. L'idée a commencé à me rendre fou (Jérome a vecu cette folie de la même façon, le blog en est témoin). Et là, j'ai commencé à m'entrainer un peu plus sérieusement en faisant deux puis trois sorties par semaine. J'ai aussi allongé la durée des sorties, et la distance en conséquence. Avec les encouragements de mon Coach, je me suis inscrit au semi de Paris, j'ai couru des 10 kilometres,... Et petit à petit, sans trop d'ambition, j'ai commencé à progresser modestement
Finalement, il y a 5 ans, en avril 2001 (je m'en souviens précisemment, mon fils etait né deux mois avant), je me suis placé au départ du Marathon de Paris. J'étais très ému, avec la tête pleine de symboles (je crois que chacun place une dimension symbolique dans cette épreuve). J'ai pris le départ : pour la premiere fois, j'ai descendu avec 30.000 coureurs, les champs elysées, j'ai traversé la Concorde,... et j'ai fini par faire le tour du bois de Boulogne, et remonter l'avenue Foch. Quand je suis arrivé au 42e kilometre, j'ai levé les bras. C'était la folie, j'avais jamais rien fait (ou peu de choses) de ma vie d'aussi extraordinaire. Surtout, j'avais reussi, j'avais accompli mon défi et je terminais mon premier marathon en 4 heures 14.
Après ça, je suis devenu un coureur à pied régulier, sans vraiment progresser de façon significative. J'ai couru un marathon (Paris) par an, j'ai converti des amis à ce sport, mon groupe s'est étendu, j'ai fais des rencontres sympas, j'ai emmené mes baskets partout, dans le monde entier, en vacances. J'ai fait des joggings à New York, Mexico, Montreal, en Italie, en Espagne, à la mer, à la montagne. C'est devenu une habitude, et puis j'ai amélioré mes temps pour courir le semi en environ 1 heure 45, et le marathon en 3 heures 59.
Pour finir, Jérome (nouveau sur le circuit) s'est mis à courir régulierement avec moi depuis octobre 2005, avec lui aussi comme objectif de devenir marathonien en 2006. Contre toute attente, alors que j'étais plus experimenté que lui (si l'on peut dire), il m'a rapidement rattrapé (pour mon plus grand plaisir) et m'a même imposé un plan d'entrainement plus rigoureux.
Et puis il y a eu le Blog.
Nos aventures sont visibles sur Jogblog pour ceux qui les suivent regulierement : le site a généré depuis sa creation plus de 13.000 pages lues, le jour du marathon nous avons eu plus de 900 lecteurs. Bref, un attrait supplementaire et un nouveau moyen de partager sa passion.
Et le 9 avril 2006, après avoir achevé ensemble le semi de Paris en 1 heure 41, Jérome et moi avons pris le départ du Marathon de Paris pour cette nouvelle édition. Je l'ai fini en 3 heures 52, avec un plaisir renouvelé, même si Jérome m'a laché (pour cause de crampes à la moitié).
Objectif 2007 : Marathon de Londres en moins de 3 heures 50.
Vive la Course à Pied, et Vive les Coureurs.

j'aime / j'aime pas

Réveil à 6h15 pour la deuxième sortie de la semaine, c'est dur de se lever si tôt du coup ca me donne l'idée de vous faire un j'aime/j'aime pas

  • j'aime le silence qui règne à la maison à cette heure là
  • j'aime pas anticiper la sonnerie du réveil qui est déja programmée à 6h15
  • j'aime courir dans Paris qui se réveil
  • j'aime pas me sentir obligé de me lever car je ne veux pas rater une sortie
  • j'aime rentrer à la maison quand tout le monde dort encore avec déja entre 8 et 10km dans les jambes

pour en revenir à la course de ce matin, j'ai fait des séries de 30s-40s d'accélération avec un repos de 25s. Au final une course d'a peu près 8km pour moins de 45'.

mercredi 22 février 2006

Une fois n'est pas coutume ...

Me voici donc au départ un mardi soir pour une séance de fractionnée qui normalement à lieu le mercredi (petit rappel pour ceux qui ne suivent pas).

Nous sommes deux à partir pour cette séance, la piste étant fermé nous optons pour le traditionnel tour Saint-Mandé <-> Nogent qui doit nous permettre de faire à peu près 11km. Départ calme pour la première partie de la course, les jambes tirent encore, ce qui parait logique après l'effort de Dimanche. Nous bouclons la première partie du trajet (5,6km) en un peu moins de 30', la suite se corse car maintenant on doit stimuler le coeur. On se met d'accord pour une course de 5' à une allure de 4'20" le kilo avec 1'15" de récupération, grâce à la Garmin nous avons donc allure et distance parcourue pendant ces 5', voici les résultats:

1 --> 1km15
2 --> 1km19
3 --> 1km10 (il y a des routes à traverser qui cassent un peu le rythme).

Puis on finit tranquilement (allure à 5'30") pour au final une course de 11,3km en 1h00.

lundi 20 février 2006

Mon record

Avec le marathon qui approche à grand pas il fallait à tout prix une sortie longue (plus de 20km) digne de ce nom. Pour cette course je retrouve mon fidèle partenaire, ca faisait longtemps que nous n'avions pas couru ensemble et je peux vous dire que c'est plus facile de courir à 2 que tout seul.

Nous voici donc au départ sous une pluie nourrie pour une course programmée de plus de 2h00 dans l'Est parisien. Je veille à ne pas accélérer trop vite au départ pour éviter les erreurs commises lors des 20km de Paris, notre allure tourne autour de 5'30 le kilomètre (même un peu plus lent) et les jambes sont encore un peu lourdes de la séance de Jeudi soir mais je suis content.

Direction Nogent, puis on descend le long de la marne. Le parcours est agréable et le rythme est bon, on accélère l'un l'autre sans s'en rendre compte, par contre j'ai rapidement très mal au pied car j'ai remarqué un défaut dans ma chaussure gauche. Un morceau de plastique à percé le tissus et frotte continuellement sur mon talon :-(, je peux vous dire que j'ai rapidement très mal (au bout de 7km) et que je sens bien que ca commence à saigner un petit peu mais je m'accroche. Petit halte pour tenter de remettre de la mousse sur la partie déchirée de la chaussure et on repart. Les villes s'enchainent et ormis ma chaussure défectueuse je suis vraiment bien.

Je passe le cap du semi marathon en 1h49, soit presque mon temps des 20km sans trop forcer (petit moment de jubillation), au final on termine une séance de 23,2km en 2h00 et du coup je bats mon record personnel :-)

Mon pied n'est pas dans un très bon état mais j'ai l'habitude, sinon j'aurais pu continuer ...

samedi 18 février 2006

Début d'explication

Vu le nombre de blessures que je me tape depuis le début du mois j'ai eu la curiosité de regarder mes statistiques mensuelles/hebdomadaires depuis que j'ai ma Garmin.

J'ai régulièrement augmenté mon kilomètrage depuis septembre avec un net augmentation 108km->140km en Janvier ce qui coincide à peu près avec mes blessures répétées, du coup je me dis qu'il n'y a pas de mystère et que dans une préparation au marathon il faut suivre la même logique que pendant la couse: commencer doucement et augmenter de manière mesurée tout au long de la course sinon on s'écroule avant la fin.

J'ai l'impression que ma préparation n'est pas vraiment optimale:

Depuis le début du mois de Février j'ai essayé de me calmer avec une moyenne hebdomadaire à 25-30km en ce moment. Cette semaine on doit faire une sortie très longue avec 25km Dimanche, la semaine prochaine je baisse le kilométrage mais en sortant 3 fois si ma santé le permet.

à suivre ...

vendredi 17 février 2006

Un peu rassuré

Hier soir c'était mon retour aux séances fractionnées après quelques semaines d'absence pour cause de blessure / manipulation de l'ostéo etc.

J'ai décidé de reprendre en douceur avec des séries de 1000m avec 1'30" de récupération. Départ comme d'habitude du bois de Vincennes pour 3km d'échauffement (5'30 le kilo), il fait relativement doux et surtout il ne pleut pas ce qui est une chance vu ce qui est tombé en début de semaine. J'arrive donc sur la piste à côté du chateau de Vincennes qui fait exactement 1000m, c'est le rendez-vous des runner en recherche de fractionné ...

Premier 1000m en 4'35", je ne force pas exprès car le souvenir de la crampe/contracture est encore vivace et les douleurs dans le bas du dos aussi. Je monte doucement en puissance avec une cible de 4'20", voici les résultats:

1 --> 4'35
2 --> 4'24
3 --> 4'19
4 --> 4'22
5 --> 4'11

soit une moyenne de 4'22 le kilomètre. Je rentre doucement avec au final une course de 11,5km en 1h03'.

jeudi 16 février 2006

Bilan médical

Après la course de Samedi je n'ai pas eu mal au bassin / cuisse du coup j'étais tout content mais aujourd'hui j'ai une douleur (un point) au niveau du bassin qui appuie sur les cuisses.

Est-ce le résultat d'un faux mouvement qui aurait re-déplacé le bassin ? ou simplement un peu de tension après quelques jours de marche et de position debout ?

à suivre mais l'idée de retourner une nouvelle fois chez l'ostéo ne me plait pas car à chaque fois c'est au moins 4j sans course et le marathon approche ...

mardi 14 février 2006

Jog in London

désolé de blogguer avec un peu de retard mais un week-end à Londres et une activité professionnelle intense en début de semaine sont les coupables.

Voici donc la petite famille en déplacement à Londres pour un week-end de 3 jours. J'ai bien sûr pris dans mon sac mes chaussures pour une sortie longue signe de reprise de mon entrainement.

Le départ se fait Samedi direction un parc avec un trajet le long de la Tamise, nous sommes 3 aux départs avec des niveaux très différents les uns des autres (je faisais office de pro c'est dire le niveau). Nous partons très tranquillement, 6'10 le kilomètre, pour un petit tour qui doit me permettre de tester mes sensations. Les différentes douleurs sont parties et les sensations sont bonnes, à cette allure là c'est la moindre des choses. Mes compagnons de course me quittent après 7,5km je continue donc seul à enchainer les kilomètres. Londres est vraiment une ville agréable et les endroits pour courir (parcs, chemin le long de la tamise ...) sont courants, je croise d'ailleurs bon nombre d'habitués. Mon allure à bien sur augmentée sur cette deuxième partie puisque je tourne maintenant plutôt à 5'15 le kilomètre. Je passe une école d'aviron et plusieurs stades de foot / rugby et autres terrains de tennis, il y a pas à dire Paris est bien sous équipé ...

Je suis de retour à la maison après une course de 1h25 pour 15km, mission accomplie :-)

vendredi 10 février 2006

De retour

Après une semaine bien calme, je suis donc de retour boosté par la perspective du Marathon qui approche à grands pas. Levé donc vers 6h10 pour une course plus longue que celle que j'ai l'habitude de faire le Vendredi. C'est toujours un circuit dans Paris avec un pas moyen visé de 5'30.

Les sensations sont plutot bonnes même si ce n'est pas idéal, je suis surtout content de recourir. Les ischios jambiers gauche et droit tirent un peut mais rien de douloureux, l'ensemble de la course est agréable, je passe devant le Louvre et le Pyramide de Mr Pei afin d'allonger mon parcours habituel qui faisait grosso modo 7km.

Résultat un peu moins de 50' de course pour une distance de 9km, j'espère que maintenant la phase finale de la préparation va pouvoir commencer ...

mercredi 8 février 2006

Rechute

Samedi tout allait bien (d'un point de vu digestif) et j'étais motivé par la sortie longue du lendemain mais Dimanche je me suis réveillé avec un sacré mal de bide.

Du coup impossible d'aller courir et je me résigne à avoir une très petite semaine de course avec seulement 6,5km au compteur

samedi 4 février 2006

Faible mais je cours

Me croyant remis Jeudi de ma gastro je me suis levé tôt Vendredi matin pour mon petit footing hebdomadaire. Levé donc à 6h15 pour une course de moins de 7km dans Paris qui se lève.

C'est une course dur mais que j'aime bien, elle a un coté *warrior* :-) et surtout Paris est calme à cette heure là. Mon tour consiste à partir de chez moi direction Bastille, un tour de l'île Saint Louis puis de l'île de la Cité et enfin retour à la maison.

La cuisse droite tire toujours mais c'est supportable, la moyenne de 5'20 au kilomètre est respectée.

mercredi 1 février 2006

Gastro

Décidément je cumule, je me tape maintenant une gastro ce qui m'empeche de courir Mercredi :-(


Parse error: syntax error, unexpected $end, expecting ')' in /home/jogblog/www/ecrire/tools/bbclone/var/last.php on line 741